Plongée à St-Raphaël – Agay : Sites & Archéologie

Crédit Photo : Centre de plongée du Dramont

Saint-Raphaël : paradis des plongeurs !

Une façade maritime de 34 km, aux calanques abritées, aux criques découpées, Saint-Raphaël est un territoire riche d’une vie marine authentique. Un milieu à découvrir en apnée ou en plongée sous-marine à tout âge. Tremper ses palmes dans le berceau de la plongée… là où en 1934 est inventé le premier équipement et où s’ouvre la première structure « Le club des sous l’eau » !
Ces pionniers découvraient une faune et une flore sauvages, conservées aujourd’hui sur toute la bande côtière classée en Natura 2000 ou l’aire marine protégée qui s’étend entre Agay et le Trayas.

Température de l'eau

Notre région bénéficie d'un climat chaud et ensoleillé qui assure une eau à température agréable permettant la pratique de la plongée toute l'année. Cependant, après 4 jours de Mistral, elle peut être très froide, et ce même en été !
Températures moyennes : En hiver : autour de 13° / Mi-saison : entre 15° et 19° / En été : entre 21 et 27°

Les meilleurs sites de plongée de Saint-Raphaël

La pratique de la plongée se déroule toute l’année, dans des zones de profondeur raisonnable qui permet de découvrir des roches, des secs, et des écueils où se développe une intense vie marine. Des plongées d’exception qui se déroulent dans une nature préservée et authentique.

Bannière Expérience Côte d'Azur - 350 activités de loisirs sur la Côte d'Azur

L’île du Lion de mer

La face sud du Lion de Mer présente un magnifique tombant couvert d’une multitude de jeunes pousses de corail. Le haut du mur est à 20m de fond, puis plonge jusqu’à 40 m proposant ainsi un spectacle féerique où les « coups de palmes » proscrits, laissent place à une lente chute vers le fond. De toutes petites langoustes, et des parazoanthus tapissent les concavités et les failles. Cette plongée ne présente aucune difficulté, hormis les jours de fort vent ou un courant latéral se fait sentir. Bien que très fréquenté en saison, l’île du Lion de Mer reste un spot exceptionnel quel que soit le niveau de pratique. Les sites de « la vierge » et de « la sirène » sont à conseiller aux niveaux 1 et 2, alors que le « mur de corail », est accessible aux niveaux supérieurs.

Le BYMS 22

A Saint-Raphaël, il n’y a pas que des épaves antiques, voici un bâtiment militaire sombré sur une mine en août 44 lors du débarquement de Provence. Ce dragueur de mines, sister-ship de la fameuse Calypso du commandant Cousteau, mesure cinquante mètres de long et repose sur un fond de vase en rade de Saint-Raphaël par 41 m. Le navire est retourné, il gît quille en l’air, ce qui rend l’accès aux salles des machines aisé, le bordé en bois ayant disparu. Néanmoins, cette plongée s’adresse à des plongeurs aguerris à l’eau trouble, car la visibilité est relativement réduite, due aux alluvions de l’Argens, ce qui confère à l’épave tout son mystère. Les congres peu farouches se glissent entre les tôles et les obus de 100 mm, parmi un nuage d’Anthias.

Les Pyramides du Dramont

Cette succession de quatre rochers de forme pyramidale, dont les sommets culminent entre 1,5 m et 27m est orientée crescendo sud-ouest / nord-est.
L’alternance roches langues de sable favorise la biodiversité qui se traduit par la présence d’holothuries, d’étoiles de mer peignes et de bryozoaires sur le sable, tandis que se côtoient de magnifiques gorgones orangées, des spirographes à splendide panache, et des huîtres sauvages sur les roches. Les bancs de castagnoles vous accueillent dès les premiers mètres, pour vous attendre ensuite au palier de 3m. Cette plongée tranquille est souvent agrémentée par des bancs de sars ou de saupes et si l’on fait preuve de discrétion on peut apercevoir un petit mérou ou une belle mostelle.

Les Sec des Suisses

Cette roche est visible de la surface, par une grosse tache verte qui reflète les rayons du soleil, à travers une eau cristalline. Ce site est aujourd'hui sous l'emprise du Parc Régional Naturel de l'Estérel. La faune et la flore y sont abondantes, les bancs de castagnoles vous accueillent dès les premiers mètres, alors qu'à 35 m vous attendent congres et murènes. La balade s'effectue en spirale tout autour de sec.

Le Village du Dramont

Dans les années 50, une équipe de cinéaste décide de réaliser un film sous-marin : "l'Enfant et la Sirène". Supports de caméra, et décors de cinéma sont implantés à proximité une magnifique arche naturelle recouverte de parazoanthus. L'histoire se déroulant dans un village, immergé.... et ainsi un demi-siècle après, l'église, les maisons en ciment se sont concrétionnées et offrent aux plongeurs débutants une superbe plongée parsemée d'histoire et d'aventure.

La balise de la Chrétienne

C’est le sanctuaire de l’archéologie par excellence, où 13 épaves antiques ont fait naufrage. Cet écueil, aujourd’hui balisé, était très dangereux à la navigation et par conséquent a causé la perte de nombreux navires d'époque antique et médiévale. Au pied du sec, entre 12 et 22 m, le sol est jonché de fragments d’amphores à peine recouverts par le sable coquillé. Ces navires, chargés d’amphores à vin ou à saumure pour la plupart, provenaient d’Italie, d’Espagne et d’Afrique du Nord durant la pax romana. Les dernières fouilles menées en 1996 ont révélé des vestiges grecs du VIe siècle avant notre ère, flirtant avec des poteries du 1er siècle et des éléments de construction de la balise. Deux mille six cents ans les séparaient ! Ce musée sous la mer recèle une certaine réminiscence du passé qui fascine toujours le plongeur en quête d’histoire.
Au cours du circuit, une arche recouverte d’anémones, d’éponges, où la couleur jaune des parazoantus domine, s’ouvre vers l’est sur des madrépores qui abritent une vie intense. Là, les girelles, et les rascasses, les gobies et les labres en concentration hypnotisent le plongeur.

Les péniches d’Anthéor

Le Jean-Suzon et le Saint-Antoine sont deux péniches fluviales belges, commandées par un équipage allemand, coulées par une torpille anglaise... sur le littoral français, en juillet 44 ! Ces bâtiments convoyaient depuis Marseille du matériel de guerre pour ravitailler les troupes allemandes retranchées en Italie.
Une moitié avant d’un des navires est posée bien droite sur sa quille, sur un fond de 28 m. Une poupe encore bien conservée repose sur son étambot. On peut observer le moteur diesel à démarrage classique par air comprimé. Tout autour, des plaques de tôles, des débris tordus, des rails, des poutrelles, et puis il y a les obus, les fameux obus.... Il aura fallu attendre 1998 pour que la Marine décide de neutraliser plusieurs centaines de ces munitions inertes et les ordonner en tas symétriques. Le site regorge de congres et de murènes, et les premiers à l’eau pourront surprendre de beaux mérous quelques peu farouches, habitués des lieux.
Attention pour les frileux, un petit courant froid se fait régulièrement sentir 1 m ou 2 m au-dessus du site.

Commentaires

commentaires